Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Attendre Longtemps un rendez vous chez son Ophtalmologistes

Publié le par tair marc

Ceci est problème d'importance qui perdure depuis près de 10 ans , au départ uniquement sur certains départements, puis des régions entières.

Paris était encore dans des chiffres acceptables en comparaison avec les régions rurales, mais maintenant ceci est généralisé sur tout le territoire national.

La cause ? Des départs en retraite en grand nombre et un numerus clausus trop faible et d'un relèvement de celui-ci trop tardif.

Le creux débute depuis 2013 ce qui implique une période tendue ces prochaines années.

La DREES évoque ces chiffres pour janvier 2009 : 209143 médecins actifs dont 5567 Ophtalmologistes nous apprenons sur ces chiffres que la baisse a débuté depuis 20 ans car cette spécialité représentait 6.3% de l'ensemble mais ne représente plus que 3%. La CNOM indique 5215 hors remplaçants en 2009.

La densité Ophtalmologistes est passé de 9/100000h en 2005 à 8.8/100000h actuellement, une baisse significative sur tout un territoire et l'arrivée à un age avancé pour une tranche d'age important que le nombre de spécialistes n'arrive plus à recevoir vu le nombre en baisse de ces derniers.

La tranche d'age la plus importante des Ophtalmologistes est de 50 à 59 ans avec 27% des 50/54 ans et 23% pour les 55/59 ans nous pouvons ajouter 12,6% pour les 60/64 ans, au delà ils ne représentent que 5.9%.

Nous pouvons établir un départ moyen en retraite autour des 60 ans et un gros des personnels de 50 à 59 ans qui représente en tout 50% des effectifs. D'après les spécialistes ce sont les 15 prochaines années qui seront encore sous tension.

Pour exemple en Saône et Loire (Chiffre Ordre des Médecins Saône et Loire) : -19.4% entre 2007 et 2014 et un age moyen à 53 ans, ce qui démontre une accélération du phénomène.

En s'informant on voit même une moyenne d'âge plutôt à 55 ans, ce qui implique si on considère une moyenne de départ en retraire autour des 60 ans, un trou sévère dans 5 ou 6 ans dans de nombreux départements.

Il est donc urgent de trouver une solution provisoire pour cette période.

Il faut aussi voir le nombre d'années d'études pour sortir un spécialiste de sa formation, après 6 ans suivis du Bac il faut compter 5 ans de spécialisation, de fait 11 ans.

Si le numerus clausus est de 649 sur la période de 2012 à 2016 et que nous établissons un départ de 27% les 4 prochaines années ce sera en fait environ 1500 départs sur cette période, le compte n'y est. Pour information le numerus en détail est de :

-2012/2013 : 123

-2013/2014 : 128

-2014/2015 : 132

-2015/2016 : 133

-2013/2017 : 133

Avec 31 Millions de porteurs de corrections de la vision il est certain que le problème est grave. Il ne faut pas oublier nous plus que des chiffres d'alerte auraient dû permettre de préparer cela en douceur : entre 1990 et 2009 - 310% d'évolution d'activité et une hausse de +65 par spécialiste en moyenne.

La moyenne de tous médecins confondus les chiffres de la Carm démontre un départ moyen à la retraite à 65 ans avec une tendance à la baisse de l'age de départ. Pour le numerus clausus de tous médecins confondus était de 1992 à 2001 à moins de 4000/ans et au delà de 6000 effectifs /ans dès 2004. Depuis 2009 le chiffre est à 7492/ans.

Ceci démontre une prise de solutions tardives du gouvernement, 5 ans de retard pour une évolution significative et 10 ans pour une solution d'envergure.

Il en résulte que seul le départ en retraite des spécialistes ne suffit pas à expliquer ces délais d'attente pour en rendez bien que cela y contribue fortement, en fait ceci est aussi lié à une augmentation de l'activité, la population nationale vieillissante implique aussi des pathologies liées à la l'age qui impose un suivi régulier etc... Mais sans augmentation de ce numerus clausus le problème serait plus grave aujourd'hui et demain. Une augmentation par le doublement de celui-ci serait un vrai plus pour la prochaine période de 5 ans.

TAIR Marc

Publié dans santé

Partager cet article
Repost0

Les Bactéries et les polluants dans l'eau du robinet.

Publié le par tair marc

L'eau et les bactéries :

Les bactéries dans l'eau sont un problème commun qui oblige les structures d'épuration de faire un gros éffort pour les éliminer ou les limiter au maximum.

Pourtant il peut exister encore des problèmes de temps à autre que ce soit dans les petites ou grandes  structures mais plus particulièrment dans les plus petites qui n'ont pas les moyens de purifier convenablement l'eau.

Beaucoup de sites ou groupes d'opinions rabache à qui veut entendre que l'eau du robinet est très contrôlé, ce qui est vrai, mais cela est réalisé avec des normes pas assez sévère, et ne pas oublier qu'il existe de nombreux villages en France de moins de 300 habitants qui ne filtres pas ou peu leur eaux avant distribution (pourtant les eaux de surface qui sont extraites, restes proche de paturages etc...).

En 2003 le Senat s'était déjà alarmé sur ce sujet et le CNRS-Paris a détecté plusieurs espèces de bactéries dans l'eau au robinet de la région parisienne, dont des bactéries inconnues. 

Le Chlore dans l'eau du robinet :

Il est évident que pour éviter les bactéries il faut mettre du chlore, même si parfois la quantité de ce dernier est important, la teneur moyenne est de 0.3 mg/l mais parfois plus et ceci pour bruler les virus et microbes. Son usage désifectant ne peut être évité et ceci en prévention mais il restera tout des même certains parasites pathogènes. 

Il faut 3.17 g de chlore /l en moyenne.

Avis sur l'eau du robinet :

Il y a 83% de Français qui la juge sure. Certes nous avons en France l'eau la plus contrôlé et peut être l'une des plus sure du Monde. Pourtant l'usage de l'eau du robinet est consommée par environs la moitié de la population ce qui implique que malgré sa bonne réputation il reste tout de même une réticence pour la boire, lié à la présence de bactéries (mais aussi pesticides, nitrates, médicaments etc...).

Lors des contrôles, il est recherché 6 contaminants : nitrates, pesticides, bactéries coliformes, sélénium, aluminium et radio-activité. Ce qui nous fait admettre que pour les autres polluants tel les médicaments, il n'y a rien. Les qualificatifs de qualité ne sont basés que sur ces 6 contaminants. 

Par exemple sur des analyses réalisés en 2006 sur 310000 prélèvements le site eaufrance.fr nous indique 96% de conformité bactériologique, 98% pour les nitrates, 97.7% pour le plomb, et 99.3% pour le fluor. Ce qui démontre de bons chiffres mais tout de même 4% non conforme pour les bactéries cela reste gênant pour ceux qui le subisse. 

Les Nitrates dans l'eau du robinet :

Sur le même site eaufrance.fr 99.1% de la population Française est alimenté par de l'eau conforme sur le critère de 50mg/l maxi. Et une limite maximal de 100mg/l jamais dépassé pour les analyses non-conformes. Un critère de conformité, qui, je le répète encore et encore, n'est pas du tout accéptable, lorsque l'on sait que l'on ne devrait pas dépasse 3mg/l d'après une étude de 1903, au delà et après des dizaines d'années de consommation de celle-ci, cela est cancérigène et peut être aussi être responsable de la cyanose du nourisson (maladie devenue rare en Europe). 

Les antibiotiques :

La présence d'antibiotiques est un vrai problème qui contribue beaucoup sur le fait que des bactéries deviennent resistantes, et il est clair que si nous buvons un verre d'eau dit potable et avec les 6 contrôles de contaminants nous avalons des madicaments de toutes sortes et bien entendu des antibiotiques.

On nous rabache sans cesse que nous consommons trop d'antibiotiques mais ont oublie qu'une bonne partie est consommer par l'eau qui n'a pas été traitée et filtrée pour ce polluant.

Ont peut retrouver 3000 antibiotiques différents dans les eaux usées des stations d'épuration. 

 

Il reste encore des efforts à faire pour filtrer des polluants comme les bactéries mais aussi les antibiotiques. 

TAIR Marc

 

Publié dans santé, société

Partager cet article
Repost0

Maladie de Parkinson et greffes de neurones.

Publié le par tair marc

Le Centre des systèmes de biomédecine du Luxembourg a implanté des neurones a partir de cellules reprogrammées de la peau, dans le cerveau des souris. Aucun effet négatif constaté après plusieurs mois.

Après 6 mois d'implantations les neurones greffées sont devenus fonctionnels et ont été totalement intégrés dans le cerveau.

Les neurones présentent une activité normale et sont intégré au cerveau grâce aux synapses nouvellement formées.

Sur des patients (université de Harvard) ayant déjà subit par le passé ce type d'implantation et qui ont décédé par la suite pour des raisons autres que cette maladie, il a été prouvé que les neurones implantées étaient encore en bonne santé et fonctionnelles.

Ces dernières découvertes ouvrent la voie à de nouvelles thérapies d'avenir qui devrons avec le temps ne plus être expérimentale mais concrète et surtout confirmé par de nouveau tests.

TAIR Marc.

Publié dans santé

Partager cet article
Repost0

Le staphylocoque doré, une infection cutanée et alimentaire.

Publié le par tair marc

Qu'est ce, le staphylocoque doré ? :

Cette infection cutanée est une bactérie très redoutée dans les milieux hospitalier. Il est le staphylocoque ayant le plus grand pouvoir pathogène à effet nécrotique ou toxique, tel : furoncles, panaris, orgelet... ou encore pneumonie, pleurésie, infection urinaire...

Les infections non traitées peuvent évoluer en septicémie et peuvent provoquer de graves complications potentiellement mortel.

Une intoxication alimentaire :

Le staphylocoque doré peut impliquer des intoxications alimentaires souvent bénignes, due à une alimentation ayant la présence d'une entérotoxine ayant pour cause une mauvaise conservation de l'aliment ou la contamination par des mains souillées.

Une maladie nosocomiale :

Contractée en milieux hospitalier elle est due à une sélection naturelle des germes qui a plusieurs facteurs : prescription d'antibiotiques aux patients et l'utilisation d'antiseptiques et désinfectants qui favorisent le développement de germes résistants.

La transmission du staphylocoque est majoré par l'usage de divers équipements tel : aiguilles, sondes, canules, cathéters, drains, etc...

Quels est la démarche logique après une contamination :

Le médecin peut procéder à un prélèvement afin de réaliser un antibiogramme pour identifier la bactérie pour ainsi choisir le meilleur antibiotique au traitement. Pour le staphylocoque doré il est proposé en 1ere intention la pénicilline M (méticilline et oxacilline) car en général il en est très sensible. Il est aussi sensible aux macrolides, aminoglycosides, fluoroquinilones et synergistines.

A savoir : il faut scrupuleusement respecter la prescription et prendre aux mêmes heures l'antibiotique, continuer le traitement le temps de prescription même si vous vous sentez mieux. Si le traitement n'est pas efficace ou s'il provoque des malaises recontactez rapidement votre médecin.

Quels solutions en cas d'infection grave :

Il est parfois nécessaires de drainer le pue des plaies pour réduire le nombre de bactéries et des toxines présentes ce qui accélére la guérison.

Si le staphylocoque doré est résistant à la meticilline (SARM), il ne sera pas sensible à ceux de la famille de la pénicilline, seul l'antibiogramme pourra déterminer l'antibiotique efficace. Le vancomycine est un antibiotique par intra-veineuse est souvent efficace. ou encore : le linozolide, le daptomicine, le rifampycine, le doxycline, la télavancine ou la ceftaroline.

Le programme National de prévention des infections nosocomiales (2009) a mis en place en priorité l'indice SARM avec un objectif de réduction du taux d'incidence des SARM qui représentaient 18.9% des cas en 2006.

L'émergence récente de SARM résistants à la vancomycine est une impasse thérapeutique.

Les risques :

Le SARM ne ce contracte par dans l'air mais par contact physique par l’intermédiaire des mains du patient et des personnels soignants, de surface de travail et d'appareils contaminés. La transmission d'une personne porteuse à un visiteur ou à des membres de la famille est rare. L'usage de gel hydro-alcoolique avant et après contact avec le malade doit être préconisé.

TAIR Marc

 

 

 

 

Publié dans santé

Partager cet article
Repost0

L'Ulcère du Buruli, les causes d'une maladie grave.

Publié le par tair marc

Qu'est ce que l'Ulcère du Buruli ? :

Cette maladie, plutôt présente en Afrique Centrale et de l'Ouest, et une infection nécrosante de la peau qui accompagne des ulcères de grandes tailles, plutôt sur les membres inférieurs et les bras, pouvant aller jusqu’à l'os . Maladie invalidante est source de handicap moteur en Afrique elle aussi très douloureuse. Plus de 100.000 cas d'après l'OMS.

60% des cas ont moins de 20 ans, cette maladie est dite non contagieuse et le taux de mortalité reste à près de 5%, les malades ne meurent pas de leur maladie directement, mais par surinfection comme par exemple le staphylocoque.

C'est une toxine (une mycobactérie) qui cause la destruction des tissus (peau et muscles), dont les punaises aquatiques en sont les hôtes.

Il faut savoir que cette dernière ne ce présente pas au départ sur sa forme ulcérée, elle débute par des nodule, des œdèmes u des plaques.

Quels sont les solutions ? :

La chirurgie est la préconisation principale, suivie d'une greffe cutanée réparatrice (Il y a 15% de rechute possible après l'opération). Un autre traitement peut éventuellement être proposée : antibiotique, streptomycine et rifampicine qui permets une guérison dans un cas sur deux.

Cette maladie évolue d'elle même pendant un an et régresse d'elle même et ceci même sans traitement en laissant des séquelles laissant l'individu avec de grave invalidités...

TAIR Marc

 

Publié dans santé

Partager cet article
Repost0

Ces Poisons que nous mangeons. Ce que nous mangeons aujourd'hui pourrait être la cause de nos maladies demain.

Publié le par tair marc

1/ Ce que nous mangeons contient il vraiment des produits qui nous empoisonnent ? :

En posant la question aux personnes concernées, elle nous répondent que non, cela a été étudier et que les éléments chimiques qui s'y trouvent sont dans les normes est leur réponse.

A la télévision cette question est rarement posée et n'est jamais en tout cas exposée au fond des choses, les personnes qui pourraient relater de cette dangerosité ont rarement la parole, voir jamais.

Mais pour cela il faut poser la question et écouter ceux qui justement n'ont pas toujours la parole en cherchant dans chez les libraires ou en cherchant sur internet, vous saurez qu'il existe un autre son de cloche sur le fait que notre alimentation serait toxique pour notre corps, des médecins et des chercheurs exposent une réalité inquiétante.

2/ L'industrie de la santé est elle encore une industrie a part ne pensant qu'a réaliser les médicaments pour soigner ? :

Biensur qu'elle a encore pour objectif de soigner les populations mais elle a aussi d'autres objectifs qui a ce jour la range parmi n'importe qu'elle autre industrie : c'est le profit.

De fait, elle ne s'intéresse qu'aux maladies qui rapportent le plus de profits, et a adapté ses protocoles de recherche pour limiter son coût tout en minimisant leurs effets secondaires qui sont parfois très dangereux. La preuve en est avec Servier qui a fait croire que le Mediator pouvait être utilisé sans danger aussi pour la perte de poids, en l'indiquant tel quel aux médecins généralistes.

Du coup, nous mangeons des médicaments qui sont de vrais poisons pour notre corps, et la règle médecins qui oblige que le bénéfice risque du médicament soit supérieur aux inconvénients vol en éclat.

Sur les dernières générations de médicaments nous entendons de plus en plus de problèmes tel les contraceptifs...

3/ Notre alimentation est elle imprégnée de ces produits chimiques dangereux ? :

Il est clair que l'industrie de l'alimentation en utilise pour le gout, pour colorer, ...etc... la majorité voir tous les plats transformés en sont porteurs. Mais aussi sur certains élevages a grande échelle avec par exemple : poulets aux antibiotiques, poissons en pisciculture nourries à la farine animal (la même qui nous a révélé la vache folle)...

Il faudrait le plus possible évités les produits transformés qui utilises beaucoup de ces mélanges chimiques dont ont a pas d'information sur les effets a longs terme sur les interactions entre eux. Ces additifs sont inutiles pour notre corps et s'avèrent simplement dangereux pour l'homme à long terme lorsque la consommation est régulière.

Avec des procédés discutables d'optimisation de l'exploitation, la production de viande a doublé depuis les années 80. Le seul résultat positif est qu'a force de règles et de contrôle la présence de germe est limité mais pour le reste il y a du chemin a parcourir.

Revenir au plus tôt aux méthodes de préparations de nos repas avec des produits bruts, cela est plus long à préparer mais plus sain aussi, sachez que tout ce que nous mangeons implique le foie qui filtre ces toxiques. Par exemple si un jour vous avez des problèmes de vésicule biliaire avec un Callot demandez vous qu'elle est la cause de cela car votre médecin ne ce le demandera a votre place (ce qui est un tort), c'est le foie qui souffre et qui a dépassé sa capacité à filtrer. Il est dommage que les médecins résonne en soignant le résultat et non en cherchant la cause. Ce cas est concret venant de mon entourage.

Plus vous consommez ces produits chimique à chaque repas et sur une longue période, plus votre corps sera empoisonné plus il sera difficile pour le détoxifier.

4/ L'Eau est elle pure ? :

On l'a longtemps cru d'autant que c'est ce que notre corps à le plus besoin pour fonctionner mais aussi pour filtrer.

L'eau est un sujet d'importance pour moi, dont j'ai déjà fait plusieurs textes. D'avis personnel je préférerais boire l'eau du robinet mais les composés que l'on retrouve m'empêche de le faire: pesticides, médicaments, nitrates etc...

Même si l'eau en bouteille peut être porteur en très petite quantité : d'aluminium, mais aussi dû au plastique de la bouteille : phtalates, bisphénol A etc...

De fait, j'ai initié l'idée auprès du représentant du parti politique le Mouvement Bonapartiste dont je suis un représentant en tant que chargé des questions de santé, l'idée que l'Etat devrait systématiquement filtrer l'eau de tous les résidus de médicaments, à la source : tel Hôpitaux, Cliniques, Cabinets de vétérinaires... et/ou dans les stations d'épuration et de pompage. Ceci en écrivant aux Députés et Sénateurs, j'en attends une suite positive du parti mais aussi un éveil de nos élus sur ce sujet. Les maladies qui résultent de la consommation de ces médicaments sont connus et cela doit être une priorité nationale d'éviter à la population de consommer ces éléments qui sont des poisons surtout avec un cocktail de médicament aussi différents.

Par le passé j'avais soulevé cette question de filtration de l'eau auprès du parti Debout la République dont j'ai eu un refus du responsable régional de Bretagne d'étudier ce sujet et pire lorsque j'ai écris à Mr Dupont Aignan (au siège puis à sa Mairie dont il est Maire) je n'ai eu aucune réponse.

5/ Conclusion :

Tous ces produits consommés serons la cause de problèmes de santé 30 ou 40 ans plus tard, tel : cancers, problèmes cardio-vasculaires etc...

Nous vivons une explosions de cancers dont l'évolution est très rapide, dû aux effets secondaires de certains médicaments ou consommation d'eaux du robinet (pesticides, résidus de médicaments...).

La présence des additifs dans les plats transformés sont grandement responsables de dysfonctionnement dans le corps et il est certain que que le foie et les reins sont beaucoup sollicités.

Je vous invite donc a vous documenter pour faire votre propre opinion, lire par exemple le livre du Dr Laurent Chevallier très complet, le titre : "Le livre antitoxique" chez fayard. D'autres relatent aussi de ce problème de société et de santé publique.

TAIR Marc

Publié dans santé, société

Partager cet article
Repost0

les Militaires Français et la solde... 2014, la fin d'une armée?

Publié le par tair marc

Le Militaire Français est il bien payé?

Personnellement je vois que d'année en année on augmente la charge des "Bidasses", mais rien n'est fait pour faciliter leur vie. 

Nous avons d'un côté une grille de salaire (en décile) qui reste théorique et d'un autre côté un nombre d'heures par semaine qui explose et des périodes de travail sans repos qui augmente. 

Pour un soldat la solde sera en début de carrière à 1319€ (hors primes et opex), ce qui pour ceux qui ne connaissent pas le milieu et le mode de fonctionnement, est un revenu honorable.

Mais c'est oublier les heures de travail et le type de travail qui leur est demandé. Ils sont formez pour le combat avant tout, ce qui implique qu'il doivent tôt ou tard partir pour 6 mois ou plus dans des théatres d'opération où le risque est présent. 

Ceux-ci obéissent à des règles que beaucoup de Français auraient du mal à suivre, surtout pour la solde proposée. Même avec + 50% en Opex cela reste faible.

Et la période d'économie que fait fasse le gouvernement, fait en sorte que l'entretien des materiels est à un niveau où certaines missions ne peuvent être réalisées, et la baisse d'éffectifs oblige les militaires à travailler plus longtemps avec la même paye (des heures supplémentaires qui explosent).

Les soldes des militaires peuvent elles êtres comparées avec le privé ou les fonctionnaires ?

Beaucoup ont tendance à les comparer avec les fonctionnaires ou les gendarmes, ce qui est biensur par vraiment possible : les missions, les risques, le statut, la catégorie ou le grade (fonction)... n'ont aucun rapport.

Même entre fonctionnaires il n'est pas possible de toujours faire un comparatif sur le risque ou la mission et ceci par exemple dans le ministère de l'Interieur, tel les policiers nationaux (cat.b) ou une secretaire administrative (cat.b), et pouvant être tous les deux dans un commissariat de police, il n'ont ni le même risque ni les mêmes obligations. 

Ceux-ci travails théoriquement 35 heures mais lui le policier en fera selon son cycle plus d'heures et sera restitué en heures de repos, certains aurons les jours feriés et d'autres non. Mais ils n'aurons pas les heures supplémentaires payés contrairement aux agents de la pénitentiaire (Ministères de la Justice). 

Les policiers dans un commissariats du 93 par exemple, aurons des risques quasi quotidien, contrairement au policers affectés en province où le risque peut être moindre ou pire selon les villes. 

Que dire aussi de certains agents affectés à la surveillance des sites à risque, où parfois il manque de personnel, et ils sont obligé de resté sur place sans pose (pour manger ou aller aux toilettes), à l'exterieur, sans chauffage en hiver et ceci parfois pendant 8 heures...

Avec ces exemples je pense, et j'espère que vous comprendrez qu'il sera difficile de dire que l'herbe est plus verte chez les autres, la nuance est claire.

Ceci est réel aussi entre militaires, ceux-ci n'ont pas toujours le même risque au combat et pourtant ils aurons les mêmes primes en opex, ou personnels embarqués sur un navire (+20%).

Cette complication est à l'avantage du gouvernement, qui indique des informations partielles, sur tel ou tel métiers pour ainsi, avoir tout la latitude pour modifier en sa faveur certains éléments de paie ou de prime.

La solde du militaire est elle juste ?

Je pense que c'est en bonne partie l'évolution des indices qui n'est pas juste, Les écarts sont insignifiants : voici pour exemple l'évolution entre un soldat (ou matelot) et un caporal (ou quartier maitre, ou brigadier) celui-ci débute à indice de 308 et cloture à 313 après 10 ans, ce qui est vraiment pas acceptable ce qui fait 5 points de différence. Avec une valeur du point d'indice à 4.63€ cela est faible (4.63 par 5 = 23.15€) Une différence de 23.15€ après 10 ans de metier et grade superieur. 

Nous arrivons à + 365.67€ après 20 ans et un grade de caporal chef (quartier maitre 1er classe), c'est mieux mais cela reste faible. 

Même si le militaire est nourri logé ceci du soldat jusqu'au caporal, le compte n'y est pas. Même si le pied de grille indiciaire pour un soldat peut ce justifier par la periode de formation et d'aguérrisement, cela ne justifie pas le peu d'écart pour les indices supérieurs ni pour les grades supérieurs, du moins en tout cas jusqu'aux sous officiers subalternes. 

Que peut on proposer ? 

Une révision de la grille indicaire plus élargie entre le pied de grille et sommital devrait être étudié. 

Pour le problème des heures supplémentaires effectuées, ils faudrait plafonner ces dernières, créer une limite reglementaire d'une part pour leur santé (fatigue excéssive) et le respect du "soldat".

La conjoncture :

L'Etat biensur prônera le fait que ceux-ci ont un travail et un revenu et que beaucoup aimeraient en avoir autant. 

Les économies dû à la situation financiaire de notre pays ne peut justifier cela, un salaire juste devra être proposé aux militaires, une grille modernisée reste urgent. 

Les personnels sont d'ailleurs dans l'obligation personnelle de s'acheter aux même une partie de leur materiel : gants, chaussettes, étuis d'armes de poing, ou même des viseurs laser,  il n'est pas rare qu'un militaire dépense de 300 à 500€ pour ce réequiper. Dans un cas rapporté par "le monde", un sous officier a dépensé jusqu'a 2225€ de réequipement dans un surplus militaire : gilet et tenue de combat, sac à dos, sac de couchage, un sac d'hydratation etc... ceci pour remplacer un sac à dos de dotation trop lourd.

Pour rester opérationnel et garder une efficacité réelle sur un théatre d'opération, il est important que l'Armée fournisse du materiel efficace et ressent, il n'est pas concevable que le bidasse ce paye ses materiels ...

Officiellement la dotation reglementaire est efficace et il est interdit de s'acheter du materiel autre d'après le reglement du ministère. Chaque chef de corps a malgré tout, toute latitude pour tolerer tout ou partie de dotation personnelle, jusqu'a une certaine limite. 

 

Personnellement j'attends que les députés et sénateurs ce penchent sur ce sujet. En tant qu'ancien commando de l'air  reserviste, caporal-chef, j'ai a coeur que ce sujet ai une évolution en faveur des militaires. 

TAIR Marc

 

 

Partager cet article
Repost0

Une blague ? un geste pour les retraites modestes, Mr Valls ne propose pas un geste à la hauteur des besoins.

Publié le par tair marc

Lundi 28 Avril, le 1er Ministre lâche des gestes pour les plus modestes, mais à lire les détails, le compte n'y est pas et particulièrement sur les retraites modestes.

Il nous expose le gel des retraites sauf pour ceux ayant moins de 1200€ brut (en cumulant retraite de base + complémentaire) ce qui veut dire 924€ net, ce qui correspond à 6.5 millions de personnes.

Le geste pour les basses retraites devrait être de 300 millions d'€, en faisant le calcul cela ne correspond qu'a 40€ brut, donc 30,8€ ce qui est une goutte d'eau, et une mauvaise blague.

Nous savons tous qu'il est déjà difficile de vivre avec 1000€ net soit 1300€ brut, alors il faudra un geste complémentaire et légiférer pour que le minima en retraite soit à 1000€ net hors complémentaire, ce qui permettra à beaucoup de monde de ce nourrir et ce soigner en évitant de demander des aides et surtout dans nombreux cas en s'abstenant de ce soigner.

Le gouvernement devra revoir sa copie en respect à ceux qui arrivent à la retraite (et qui y sont déjà), pour le travail qui ont apporté à notre société quand ils étaient en activité.

Mr le 1er Ministre le peuple attend vos propositions en ce sens.

TAIR Marc

Publié dans politique

Partager cet article
Repost0

Les Chemtrails ou les traînées blanches sont elles expliquées?

Publié le par tair marc

Qu'est ce qu'un Chemtrails ?:   C'est une trainée blanche correspondant visuellement aux même trainées laissées par les avions de ligne lors de leurs passages, mais à la différence d'un Chaimtrails, ces trainées de condensation ne sont que des vapeurs d'eau qui ce forment en hautes altitudes à 10.000 kms à -39° et avec un taux d'humidité de presque 70%. De plus elles s'estompent rapidement. 

Les Chemtrails (Chimical trails = trainée chimique), elles par contre ce forment en basses altitudes entre 2000 et 5000 kms et ce dissipent bien plus lentement. 

Est ce un mythe ou bien y a t'il matière à s'interroger ?:  D'après toutes les constatations faites par des associations ou des particuliers, il y aurait vraiment matière à ce poser des questions sur leur existence, et plus encore sur leur but. 

Personnellement en faisant une recherche de 10mn je trouve nombres de sujets postés sur le net, avec pour la majorité des études bien éloborées et la thèse pourrait ce tenir. 

Depuis 10 ou 15 ans nous constatons tous que des trainées persistes dans le ciel, et cela est une vérification facile et réelle. Une trainée blanche qui est pourtant un phénomène occasionnel lié à une conjoncture météorlogique, nous voyons des trainées persistantes qui sont surement des Chemtrails et ceci de façon plus fréquente. 

Quels éléments avons nous qui prouverait la véracité de cette Théorie ?:  

Personnellement mes recherches m'amènent à constater que les Usa sont très avancé dans le domaine, et lorsque l'on constat qu'une personne en vue tel Bill GATES finance un programme d'ensemencement de nuages avec particules toxiques en 2012 pour conbattre le réchauffement climatique. 

Le Journal "The Guardian", du Royaume Uni, rapporte qu'un fond de recherche pesant 1 Million de Dollars qui est initié et financé par Bill GATES pour promouvoir un projet de rejet sulfuré dans l'Atmosphère par le biais d'un gros ballon à 25000 metres courant 2014 au dessus de fort Summer au Nouveau Mexique. Ceci pour refleter les rayons du soleil et limiter le réchaufement climatique. Mais ces rejets pourraient changer la météo et les écosystèmes de certaines régions du monde. Ces particules sulfurées toxiques, reviendraient sur Terre par le biais des pluies, et empoisonneraient les milieux humides : rivières et lacs. (L'Université de Washington confirme que les pluies acides sulfurées irritent les poumons et crée des brumes artificielles...)

Il est bizarre que cela ne m'étonne pas, car depuis que l'on constate les effets du réchauffement climatique, et la création du Giec, nous avons entendu et lu, ici et là, comme dans les revues scientifiques qu'ils imaginaient d'envoyer dans l'atmosphère divers produits (il y a 10 à 20 ans). L'experience aurait elle commencée ?

La Geo.Ingénerie serait une technologie des années 90, sur le contrôle de la Météo, mais aurait des effets dévastateurs sur les Humains, la Faune et les Cultures. 

Dans le Var : un étrange filament tombé du ciel a été découvert et un laboratoire nous indique qu'il n'a rien de naturel. 

Un Député Français : Joel GIRAUD en Novembre 2013 interroge le Ministre de l'Ecologie, du développement et de l'Energie (question n° 42050) par la voie de la question ecrite, sur les phénomènes de Chemtrail et geo-ingenering. 

La conférence du collectif "skyguard" qui c'est tenu en Avril 2013, a rendu ses conclusions et a présenté au Parlement Européen une pétition pour faire cesser les épandages clandestins dans le ciel. 

En Allemagne la Députée Monika GRIEFHAN du Spd au Bundstag, ancienne Ministre de l'environnement de Basse Saxe (1990-1998), écrivait en Juillet 2004 écrivait à des activistes "anti-Chemtrails" : "Je partage votre inquietude quant a l'emploi de l'alliage d'Aluminium et Baryum qui ont des potentialités toxiques. Toutefois à ma connaissance, ils n'ont été utilisés jusqu'a présent qu'a une échelle très limitée". 

Je ne peux ici évoquer toutes le tentatives de trouver des réponses auprès des gouvernants ni les échanges divers pouvant prouver l'éxistence de ces rejets dans l'atmosphère, vous pourrez de vous même faire cette recherche et faire votre avis sur ce sujet. 

Quels sont les produits que l'on trouvent dans ces rejets chimiques :  D'après ce que je trouve comme détails, chaques Chemtrails peut être différent dans ses composés, mais ont retrouve surtout ceci après avoir prélevé dans les sols ayant reçu des résidus : Des métaux lourds comme l'Aluminium, Baryum, ainsi que des mineraux  comme Calcium, Magnésium, ou encore du Titane et des fibres de Polymères microscopiques. Mais aussi parfois, Arsenic, Chrome, Cadmium, Plomb, Selenium, Argent. 

Ce sont biensur des matières toxiques pour l'Homme, et biensur même si un individu ne croit pas au Chemtrail, ou si un organisme ne reconnait pas leur existence ils devraient tout de même s'intérroger sur les raisons de la présence de ces substances et aussi étudier les dangers que peuvent subirent les personnent qui ce nourrirons des produits cultivés et récoltés sur ces sols.

Il y a là matière, à engager une enquête de santé publique, sur le seul fait de trouver des matières dangereuses sur les sols destinés à l'agriculture.

Quels conclusions sur les faits :  Après études ont peut à première vu écarter la thèse de conspiration sur le fait de limiter la surpopulation, rien ne prouve cela. Du moins pour l'instant je ne lis pas cela, même si ont s'interroge vu le résultat des expériences. 

Il est clair que le but premier est le climat (du moins les seuls preuves concrètent vont dans ce sens), et que ces expériences avec des matières toxiques ont pour but de limiter le réchauffement climatique mais le résultat est que les retombés nuisent à l'Humain, ainsi qu'a la Faune et les Cultures. 

Les Chemtrails existent et sont reconnus par quelques personnalités Politiques ou par nombreux spécialistes tel des Députés Français ou Allemands, des météorologues Allemands, un Député Européen d'Italie, des journalistes Américains (Usa News) ... partout dans le monde des gens s'intérrogent et aucun Etat n'admet ouvertement les faits. 

Informez vous, l'experience a commencée...

TAIR Marc

Publié dans santé, actualités, monde

Partager cet article
Repost0

Les comparitifs et études de santé publique, de dépenses entre la France et l'Allemagne sont fausses.

Publié le par tair marc

Il y a souvent des comparaisons entre l'Allemagne et la France sur les chiffres et les efforts réalisés en matière d'économie avec des études parfois tronquées.

Un exemple flagrant qui est répété depuis de nombreuses années aux Français : nous consommons plus de médicaments que nos voisins. En se basant sur les médicaments prescrit aux malades, mais ce comparatif oubli un facteur d'importance : les Allemands ont plus recours à l'auto-médication, qui est même favorisé, contrairement dans notre pays, malgré quelques avancées timides nous entendons toujours qu'il faut éviter.

De toute façon le malade est toujours fautif. Il est malade et il coûte cher à la sécurité sociale.

Nous dépensons 2721€ /habitants quand eux ne dépensent que 2609€.

Je lis même qu'en moyenne les médecins Allemands ont de plus gros revenus que les Français de près de 38% et que ce n'est pas sur ce critère qu'il faudra faire des économies.

On nous dit aussi que nos hôpitaux ont trop de personnels et que notre voisin à 1338 personnels de santé pour 100.000 habitants quand nous en avons 1608, personnellement je ne constat pas qu'il y a trop d'employés dans nos hôpitaux.

On nous indique que notre coût administratif est de 7% quand il est d'à peine de 5% ailleurs en Allemagne, peut être qu'il y a encore quelques efforts à réaliser je n'ai pas les éléments pour le dire.

A mon avis les dernières études ont pour seul résultat d'inciter à encore plus d'économies sans penser aux malades.

D'autant que la politique de santé publique est propre à chaque pays, socialement la France par exemple est le pays qui soigne le plus de sans papiers, qui par évidence ne cotisent pas pour ce droit, il serait heureux d'en tenir compte lors des études. (le seul fait que j'évoque cela dans ce texte n'est pas une critique pour ou contre, je dis juste que pour la comparaison il y a des lacunes)

Pour exemples européens : l'Espagne ne soigne plus les illégaux, la Belgique ne soigne que les soins d'urgence, en Angleterre ces derniers peuvent se rendre à l'hôpital mais ne peuvent pas voir un médecin, l'Allemagne ne soigne pas les illégaux et si ce dernier voit un médecin il est immédiatement signalé aux autorités. La France permet sur ses textes, dès 3 mois sur le territoire d'avoir droit à l'AME (l'aide médicale d'Etat), plus de 200.000 bénéficiaires avec 588 millions € alloués en 2011.

Les Français ou les immigrés légaux ayant des droits à la sécurité sociale ne doivent pas être lésé par une politique sociale et de santé publique favorable aux illégaux, le comparatif avec l'Allemagne est erroné, si la France fait cette politique, il faudra lors des études mettre à l'écart les données chiffrées correspondant à cette politique pour comparer ce que dépenses réellement chaque pays et ce que coûtent réellement les ayants droit.

Depuis 1992 lorsque l'Allemagne a entamé sa rationalisation de nombreux Allemands ce plaigne de ne plus avoir accès au soin, les personnels mais aussi les médecins se plaignent. Aussi pour information l'assurance maladie chez eux est de statut privé.

Dernièrement il est constaté une augmentation des dépenses publique en Allemagne, d'après des chiffres Allemands nous arrivons à 3590€ par personne de dépense en 2012, ce qui est bien plus que les 2609€ attribué pour l'Allemagne par une étude de comparaison de jakob HOEBER de l'institut thomas MORE (Un think tank d'opinion, qui se veut influent dans des domaines d'enjeux Européens, dont les membres pour partie sont proches des milieux d'entreprise).

Concernant les lits disponibles dans les hôpitaux pour les courts et moyens séjours, reste un problème et pire encore pour les longs séjours, il n'est pas rare (comme à Paris) que des personnes attendent longtemps une place dans une chambre. S'il n'y a pas mise en danger du malade dans l'immédiat on est pas loin (et des accidents arrivent).

Il serait heureux et urgent d’arrêter les études tronquées qui n'ont de valeurs que de légitimer les politiques hospitalières et de gestion budgétaires des Etats...

Dans cette analyse je reste malgré tout global, et cela est plus grave quand on parle de psychiatrie, ou d'établissements spécialisés, de nombreuses familles se retrouvent seules à gérer leur enfant ou un parent.

Il est évident qu'il faut se méfier d'Etudes et Comparatifs d'Instituts qui sont proches d'industriels et entreprises. La politique de santé publique de notre pays doit arrêter de trouver dans un modèle Allemand le mieux en tout. L'Etat Français doit faire plus encore ses propres analyses, ainsi que les journalistes et plus encore les associations qui sont au coeur du problème, et ceci en travaillant ensemble. Le travail des associations (même si parfois des critiques peuvent être faites, ont leur place pour apporter plus encore au fonctionnement de notre santé publique).

TAIR Marc

Publié dans santé

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>