L'Etat Français a t il abandonné sa sécurité publique pour favoriser son budget ? 2018

Publié le par tair marc

L'Etat Français a t il abandonné sa sécurité publique pour favoriser son budget ? 2018

En voyant l'état de sécurité des grandes et moyennes villes il y a de quoi ce poser la question, en effet depuis plusieurs années il y a eu une baisse des effectifs des forces de l'ordre même si depuis peu il y a eu un retour à l'embauche de personnels.

Pour exemple une augmentation annuelle de 11% est constaté pour les violences physiques et sexuelles et une hausse de 4% des cambriolages.

Même si le chômage peut expliquer pour partie cette évolution c'est aussi du fait d'un manque de présence policière (ou de gendarmerie) et plus encore le fait d'une réponse pénale mal adaptée voire même trop faible.

Cette absence d'autorité l'Etat crée un sentiment d'insécurité mais pas seulement car la hausse des actes est bien réelle, ceci est si réel que depuis quelques années les groupes de voyous s'attaquent aux forces de l'ordre sans peur de la réponse de justice.

A cela s'ajoute le terrorisme qui met les forces de sécurité sur les dents.

Mais pourquoi a t'on diminué les effectifs quand on en avait besoin ? Uniquement pour faire des coupes budgétaires sans s'interroger sur les besoins réels du terrain, en se disant les personnels n'auront qu'a faire le boulot de 2 ou 3 personnes, comme si cela était si simple.

Un policier qui interpelle dans quartier ne peut être présent dans un autre pour faire une ronde ou au commissariat pour recevoir une plainte etc...

Nous payons aujourd'hui une pensée purement comptable ou financière qui expose aujourd'hui la population à des problèmes de sécurité toujours plus grâves même si les médias en parlent peu car c'est presque tous les jours que des actes sont réalisés que ce soit agressions, vols etc...

Une situation grâve où une réponse rapide concrète devra être proposée autant en personnel qu'en réponse judiciaire.

 

TAIR Marc

Publié dans police, société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article